jeudi 12 août 2010

J4 manche 3 : Parapentes dans la brume

Hier troisième manche de la PWC Portugaise 2010. Course au but de 65km avec un première branche bien contrée par le NO puis une longue traversée du plateau poussés par le vent.

D'emblée, les plafonds sont moins bons qu'annoncés, avec 2200m au mieux et surtout un vent soutenu de NO qui tourne N en haut et qui nous rend la tâche de se placer au start bien difficile (30km/h de face au bas mot...)

Au start, je fais partie du groupe de Jean-Jean, non loin de Charles, et comme la plupart des pilotes, nous tentons de rejoindre les rares pilotes bien placés tels que Franck Perring ou Julien Garcia. Au bout de la crête, certains trouvent un thermique qui les placent au dessus de l'inversion et du nuage épais de fumée qui réduit énormément la visibilité. Lucas est le plus efficace à ce jeu et gagne 200m de mieux que les autres "échappés par le haut" (comme quoi mettre le frein à main permet souvent d'attaquer... à méditer).

D'autres s'enflamment dans la fumée des incendies et poussent un peu trop fort le barreau face au vent(d'aucuns me raconterons que cette ambiance "gorilles dans la brume" les a un tantinet stressés...). Julien Garcia, pourtant bien placé, se retrouve ainsi assez bas et isolé, il posera qq km plus loin, sans "toucher" le moindre thermique :-(

Je navigue à vue des pilotes les plus proches. Nous perdons parfois le sol de vue et je me sens finalement assez zen dans cette ambiance de plongée sous-marine !
Je tourne la B1 en compagnie de tops pilotes comme Jean-Jean ou Charles, puis je me détends un peu (trop ?) dans le début de la longue branche vent arrière. En fait, une ligne plus porteuse se dessine à notre droite (Ouest) et Jean-Jean s'empresse de la flairer et de l'utiliser. J'oblique un peu à droite moi aussi, mais trop timidement, un peu focalisé sur Charles devant, alors qu'un brin de jugeote m'aurait permis de voir que Charles, plus bas, n'avait pas pu sentir cette ligne... erreur à méditer.

Nous nous retrouvons le long du bord Est de la vallée de Guarda, beaucoup plus bas qu'espéré, avec un vent d'ouest assez marqué au lieu du NO attendu. Après 5mn de prospection (ce qui m'a paru 5mn), le groupe finit par localiser un bon noyau et nous ressortons ensemble en dérivant sur le plateau. Ouf !

Les premiers semblent désormais loin devant (on les imagine plus qu'on ne les voit...) et je me concentre sur le choix et le centrage des thermiques. Je prends en compte la dérive moyenne plus Ouest que NO dans mon placement et je m'installe dans un nouveau rythme. Plutôt en confiance et dans le coup techniquement, je quitte le groupe de Charles par devant en tentant de rejoindre celui de Franck Perring, toujours à 1km devant depuis le start. J'arrive dans leur thermique suand ils le quittent... et le reste de la troupe, y compris Charles, m'arrive par dessus : un peu enflammé ?

Il n'empêche que la confiance et le plaisir dominent et j'ai une Sol TR2 en point de mire. Le goal est à finesse 20. Puis un thermique plus loint, il n'est plus qu'à 13 au passage de la dernière petite vallée.

Feu ! Je pousse fort dans la descendance derrière le thermique... qui se révèle un véritable toboggan ! La finesse remonte à 20 par à 3km de la ligne ! La forêt en dessous ne posera pas de problème, ni le cylindre de 2km, mais si çà continue, je ne passerai pas la ligne !

A 45° à droite et 300m de distance environ, une grappe de vautours enroulent 200m au dessus de mon altitude. Je fonce ! Un thermique m'accueille, tellement fort que je renonce à relâcher la main intérieure pour trimer la voile. Sauvé, je rentre sans problème, 28ème.

Bilan mitigé : un vol parsemé de petites erreurs, liées en partie à des difficultés de choix dans les indices (aérologie, pilotes) et à un peu de présomption dans la fin du parcours. L'erreur majeure est de ne jamais avoir véritablement tiré le frein à main pour prendre le temps de monter au dessus de la couche et ainsi profiter d'une bonne couche porteuse avec un vent très favorable. En bas, le rythme était plus lent, les exigences techniques plus élevées et surtout les risques tactiques plus grands !

Seul Lucas a totalement jouer sur ce facteur altitude et a une nouvelle fois brillament gagné cette manche intéressante.

Aujourd'hui manche annulée au déco pour cause de vent fort. Demain les organisateurs sont assez pessimistes à cause de l'orientation du vent, mais ils espèrent une manche samedi.

Je reste mobilisé, même dans l'éventualité d'une manche dès demain. Cet après-midi, repos, lecture de mémoire, voire piscine...

A demain !

PS : le petit jeu du jour, "Où est Charlie ?" trouvez mon parapente sur la photo

1 commentaire:

serge a dit…

Que de plaisir de te lire . Fonce et fais toi plaisir ......